Théâtre en janvier

Le samedi 5 février, Miren Erbinartegaray revient dans son village natal avec la pièce « 2019 » à 20h au patronage.

Une création écrite et mise en scène par Elisa Rechiniac, d’une durée d’1h.
“2019, est une pièce qui veut parler de nous, de notre génération, de notre violence, de cette
frénésie qui nous entoure constamment. Cette frénésie qui nous rend boulimique et avide de
sens, de justice, de réponses, de solidarité.”

LA PIÈCE, se déroule en cinq actes, un acte un témoin. Chacun est appelé à venir
témoigner de la nuit qu’ils ont passé le soir du décès d’Aurélie Lemoine. Chaque
témoignage est entrecoupé par leurs souvenirs afin de comprendre comment ils ont pu en
arriver là. Le dernier acte est un court métrage qui retrace cette fameuse nuit. Le but de
cette pièce est de venir questionner le fait de juger un moment donné en oubliant trop
souvent de regarder l’entièreté de la vie de chacun. Venir reposer la question de justice, qui
est réellement coupable, qui est réellement victime.

Mise en scène.
Le plateau sera toujours occupé par les quatre comédiens.
Il n’y aura ni entrée ni sortie.
Je cherche à garder un plateau très simple, épuré avec peu de couleurs, et donc des matériaux
plutôt froids, comme le bois noir, ou les métaux, afin que s’il y ait de la couleur on soit
automatiquement appelé par celle là.
Et surtout afin que la scénographie ne prenne pas plus de place que le comédien lui-même.
C’est un équilibre que j’essaye d’entretenir à tout prix avec la mise en scène/ scénographie,
équilibre pour moi fondamental compte tenu des propos que défend la pièce.
Ceux qui ont fait naître mon désir.
Pour écrire cette pièce, ma première source d’inspiration, d’information, fut vous, l’autre.
J’ai interviewé une vingtaine de personnes allant de 17 à 35 ans, sur leur rapport à la violence. Suite
aux interviews, j’ai obtenu de longs témoignages dans lesquels j’ai découpé, réécrit, collé et ficelé
leurs réalités pour en faire un objet théâtral.
Nous sommes donc quatre comédiens à monter sur scène pour prendre en charge la parole
directement et secrètement confiée par tous ces inconnus trop souvent non entendus